samedi 16 décembre 2017

Rencontre avec les élèves de l'école du Sacré-Coeur de Marseille.

Au fait, puis-je avoir l'outrecuidance de me considérer comme un écrivain, moi qui étais invité hier matin à parler de mes livres pour enfants aux CM1-CM2 de l'école du Sacré-Coeur ? Pas vraiment, en réalité, je me définirais plutôt, pour paraphraser Félix Leclerc, comme un "homme qui écrit".

Les mots sont mes alliés, mes amis, mes amours, mes défiances, mes rêves. Transmettre ce goût des mots, c'est une manière, bien dérisoire sans doute mais concrète, de contribuer à la lutte contre l'illettrisme et la prévention de l'échec scolaire. La lecture, l'écriture sont un plaisir à partager et à faire partager. Je ne les conçois pas autrement. Devant les mots, il faut rester humble. Comme devant les lecteurs. Écrire un livre qui, bien plus tard, entre dans une maison, passe de main en main, est étudié en classe, voyage dans un train ou un avion, c'est extraordinaire comme sensation. Mais il ne faut pas pour autant se croire sur un piédestal. Pour écrire, comme je l'expliquais hier aux élèves des deux classes, il suffit, pour commencer, d'un crayon et d'un cahier. Ensuite, il suffit d'aiguiser sa sensibilité, son imagination. Tout le monde n'y arrive pas, mais chacun peut essayer...

Les mots, parfois ennemis quand la page blanche reste inerte sous nos yeux, deviennent nos meilleurs amis. Comme l'écrit si merveilleusement Christian Bobin, "il n'y a pas d'espace entre eux, aucune distance, mais je saurai bien me faufiler, donner à mon âme la minceur qui convient, l'humilité nécessaire. Humilité, connais-tu l'origine de ce mot, mon professeur de latin me l'a apprise, tu n'auras pas payé ses leçons en vain, écoute comme c'est simple : humilité vient du latin humus qui veut dire terre, la terre" (Le Très-Bas, Gallimard, 1992).

Contrairement à ce qu'on croit, les enfants ne se laissent pas abêtir ni blaser facilement. C'est un public très exigeant, désinhibé, qui n'a pas eu peur de me poser certaines questions sur la forme du livre, la publication, le processus d'écriture, les personnages, les ambiances, etc. Ce sont de fins analystes et leur regard est toujours pertinent, me donnant envie de progresser, d'améliorer encore et encore ma manière d'écrire pour eux. 
J'ai passé un moment vraiment formidable et je veux remercier l'ensemble des élèves des deux classes, leurs enseignantes, la directrice de l'école et le journaliste de "La Provence" qui va publier un article dans les prochains jours. 

Je reproduis ici les merveilleux dessins qu'ils m'ont offerts en imaginant mes personnages, autre consécration qui vaut bien plus, à mes yeux, que tous les veaux d'or du monde. 

Pour commander mes livres, voir l'onglet "Ma boutique" en haut à gauche du blog (paiement sécurisé en ligne via Paypal), sinon sur Amazon ainsi qu'à la Librairie de l'Enseignement, 9 rue du Docteur Combalat 13006 Marseille.








vendredi 18 août 2017

Création de la collection "Un mystère pour Liliane et Ladrouille"

Pour cette rentrée scolaire; je crée une véritable collection de romans policiers pour les enfants à partir de 9 ans : 

UN MYSTÈRE 
POUR LILIANE ET LADROUILLE.




Quatre romans vont ainsi paraître :

  • Episode 1 (21 août 2017) : Le mystère de l'Imperator, nouvelle édition améliorée de Meurtre à l'Imperator, ISBN 978-1521968055 
  • Episode 2 (18 septembre 2017) : Le dragon d'hélium, ISBN 978-1521967072
  • Episode 3 (décembre 2017) : La fontaine de Bourombal
  • Episode 4 (mars 2018) : La machine à démonter le temps.



POUR TOUTE COMMANDE : 

En librairie, via le site Amazon en format broché ou au format liseuse Kindle.

Pour les Marseillais, à la Librairie de l'Enseignement, 3 rue du Docteur Combalat 13006 Marseille.




Prix : 6 € format broché, 3 € format liseuse. 



PRÉSENTATION DE L’ÉPISODE 1
LE MYSTÈRE DE L'IMPERATOR

GENRE : polar destiné à la jeunesse

LECTORAT : enfants de 9-12 ans

TITRE : « Le mystère de l’Imperator ».

THEME : chaque aventure se déroule dans un lieu où se retrouvent les enfants et leurs familles, comme par exemple une bibliothèque municipale. Un meurtre est commis dans des circonstances que Liliane, jeune fille espiègle et très maline, va chercher à découvrir, avec la complicité du Commissaire Ladrouille, au début hasardeuse puis de plus en plus présente au fil des enquêtes.
Le but de cette série ne saurait être de chercher à transmettre un énième message d’éducation ou de prévention ; la littérature jeunesse actuelle regorge de romans sur le racket à l’école, la pédophilie, le harcèlement, toutes les violences, ce qui est parfaitement légitime. Mais avec Les enquêtes de Liliane et Ladrouille, il s’agit avant tout de donner aux enfants l’envie de lire ces aventures pour le plaisir, pour le goût des mots, pour le second degré, pour le suspense et le mystère, à l’instar des univers d’Enid Blyton, Sir Arthur Conan Doyle, Robert-Louis Stevenson, E. P. Jacobs, Hergé, Gaston Leroux, Roger Leloup, Paul-Jacques Bonzon, Georges Chaulet… Sans oublier Agatha Christie et Simenon ! Il y a aussi un peu de l’univers des fabuleux dessins animés d’Hanna-Barbera.
Liliane est un peu à mi-chemin entre Fantômette et Yoko Tsuno, Ladrouille entre Maigret et Poirot.
Si la ville est imaginaire, les situations s’inspirent de lieux réels, pour rendre les histoires plus crédibles, mais toujours avec une part de mystère et de fantastique. Ainsi, l’Impérator est très inspiré de l’Alcazar de Marseille. La deuxième histoire, en cours d’écriture, se déroule au cœur d’un carnaval qui ressemble beaucoup à celui de Nice.

SYNOPSIS DE LA PREMIERE AVENTURE
Tout commence par un meurtre mystérieux dans une bibliothèque, découvert par Liliane, une jeune fille espiègle. Banal, me direz-vous, mais ce n'est pas aussi simple et les apparences sont trompeuses.
Le commissaire Ladrouille s'entête à résoudre cette enquête avec la complicité de Liliane. Qui est l'assassin ?

PERSONNAGES :
Liliane : jeune écolière qui vit tout près de la bibliothèque de l’Imperator, elle est espiègle, très dynamique, très intelligente. Ses parents sont très attentionnés et elle a deux sœurs. C’est une ancienne élève qui a inspiré le personnage.
Commissaire Ladrouille : un policier un peu bourru, taciturne mais très compréhensif envers Liliane et sa famille.
Inspecteur Roux : le fidèle adjoint de Ladrouille, plus discret mais très efficace.
Docteur Cornet : le médecin légiste, souvent cynique.
Violaine : la bibliothécaire.
Kader, le vigile intrépide, avec ses collègues Kitty, Farid et Bernard.


PRÉSENTATION DE L’ÉPISODE 2
LE DRAGON D'HELIUM
Retrouvez la jeune et intrépide Liliane aux côtés du Commissaire Ladrouille pour une deuxième enquête.
Une femme a mystérieusement disparu le jour du carnaval, avalée par un énorme ballon en forme de dragon.
Qui se cache derrière cette épouvantable machination ?


PROPOSITIONS PÉDAGOGIQUES AUTOUR DU POLAR JEUNESSE

Dans votre école, votre accueil collectif de mineurs, votre bibliothèque, votre association, nous pouvons organiser ensemble une rencontre avec un groupe d'enfants :
          échanges et discussions autour des personnages, de l'intrigue, des méthodes d'écriture (comme nous l'avons fait à l'école Notre-Dame de la Jeunesse à Marseille en juin 2017), dédicace du livre pour les enfants et leurs parents
          activités ludiques autour de l'écriture :
* « la machine à écrire des polars » : outil présentant une méthode très amusante pour écrire une histoire en petit groupe
* « énigmes et jeux de mots » : acrostiches, mots mystère, messages codés.

N'hésitez pas à me contacter pour toute proposition d'intervention : c'est essentiel pour moi de connaître les réactions des lecteurs de mes histoires ! Toute idée est la bienvenue...
Adresse mail dédiée : lilianeetladrouille@gmail.com












samedi 22 juillet 2017

Nouveau livre : "Les blondes sont idiotes et les chômeurs sont fainéants"

Nous l'attendions depuis plusieurs mois. Faute d'éditeur, nous avons décidé de le publier nous-mêmes. Ce livre est le résultat d'une belle rencontre et d'une amitié fidèle, puis d'une année de recherches et d'écriture. Vous pouvez commander le livre sur Amazon et Kindle ou en cliquant sur le bouton Paypal à gauche de votre écran.

"Les blondes sont idiotes et les chômeurs sont fainéants" : un livre co-écrit par Vincent Mannone et Nicolas Céléguègne



Nous grandissons dans un monde rempli de préjugés. De par notre éducation, les personnes que nous avons côtoyées, les programmes TV que nous avons regardés, nous avons été formatés de telle sorte que nous nous construisons de fausses idées sur les gens.

Alors, comment prendre conscience de ses préjugés et, surtout, comment s’en débarrasser ?
Qu’est ce qu’un préjugé, et en quoi me concerne-t-il ?

Par définition, un préjugé est le fait d’adopter des opinions en l’absence d’informations ou de pratiques suffisantes.
Les préjugés sont souvent liés à des fausses croyances populaires, et sont particulièrement dangereux dès lors qu'ils vont amener des comportements haineux envers des personnes injustement stigmatisées pour leur appartenance à un groupe ethnique, à un pays ou tout simplement à un groupe de personnes (les blondes par exemple).

Cet ouvrage propose une liste de préjugés et de stéréotypes que nous nous efforçons de déconstruire, non pas en attaquant ceux qui les reprennent, souvent inconsciemment ou involontairement (et nous en faisons partie) mais en les décortiquant, en les expliquant avec des mots accessibles à toutes et à tous.

Parents, enfants, enseignants, employés, chefs d'entreprises, journalistes, responsables politiques : Nous sommes tous concernés !



TABLE DES MATIÈRES


Argumentaire
On ne se sent plus chez nous !
Immigration = délinquance
Femmes soumises et voiles
On ne peut pas accueillir toute la misère du monde
L'immigration coûte cher à la France
Les chômeurs sont des fainéants
La prison, c’est l’hôtel 5 étoiles
Les médias nous mentent et nous manipulent
Les blondes sont idiotes
Les Allemands sont froids
Les Portugaises sont poilues
Les Belges sont stupides
Les Parisiens sont toujours pressés
Les Juifs sont partout
Les Roms roulent en Mercedes
Les Chinois dominent le monde
Les Africains sont toujours en retard
Les roux sentent mauvais

dimanche 16 juillet 2017

Aimons la radio.

"Femmes qui parlez dans les radios
On devine derrière vos voix des yeux, des visages, des seins, des jambes
Une façon de respirer, de porter la poitrine
La façon dont elle se soulève pour faire penser à la mer
Il y a l’accent. C’est bon, l’accent
C’est tout un pays qui sort d’une bouche
Avec ses maisons, ses forêts, ses sentiers, ses usines
Et puis, dans les voix, toutes les angoisses
D’où viens-tu ? Où vas-tu ? Quelqu’un m’aime-t-il ? Est-ce que j’existe pour quelqu’un ?
Une voix chérie, tendre, dorlotée sur les microsillons du rêve
Parfois, il vaut mieux n’entendre que les voix et ne pas vouloir voir le visage
Ne pas vouloir percer le secret
Laisser parler les voix par le masque de la radio"

Julos Beaucarne, disque "Le chanteur du silence", 1980.

La radio, qu'elle soit musicale ou non et quand elle est encore porteuse de sens, qu'elle soit publique, associative ou commerciale, est, selon moi, le meilleur medium nous permettant de nous informer, de nous évader, de nous distraire. Je préfère de très loin, selon les moments et les heures de la journée, la radio à la télévision. Je ne suis pas sectaire ni obtus pour autant. Fidèle à Europe 1 depuis plusieurs années (sacrilège !), j'écoute un peu de tout en fonction des sujets. Des entretiens sur France Inter ou France Culture, de la musique sur TSF Jazz, Jazz Radio ou Nostalgie, des infos sur France Info, France Bleu Provence. 

En fait, la radio fait partie de nos vies, de notre quotidien. On peut l'écouter partout et quelles que soient les circonstances. L'animateur, le journaliste, derrière leur micro, se demandent parfois ce que l'auditeur est en train de faire pendant qu'il les écoute.

J'ai eu le plaisir, hier soir, d'assister à la Nuit de la Radio, organisée au Mucem par la SCAM et l'INA. A l'aide de casques qui nous ont été prêtés, 1h29, au total, d'extraits d'émissions de France Inter, France Culture et RFI nous ont été diffusés entre les oreilles, sur le thème de la liberté. Je vous invite à les écouter à votre tour : c'est captivant. De Nelson Mandela saluant le peuple sud-africain, des luttes des femmes pour leurs droits au mur de Berlin, de la libération de Jean-Paul Kaufmann à l'évasion manquée de Charlie Bauer, de Radio Cherbourg à Radio Liberty, du monokini vu par Fernandel (bien avant l'affaire du burkini !) aux radios libres, ce sont autant de bijoux et de perles à découvrir en cliquant sur ce lien : https://www.franceculture.fr/medias/ecoutez-en-direct-la-nuit-de-la-radio-2017

Pour ma part, j'ai vécu de très belles années passées sur Dialogue RCF, pour des émissions et chroniques sur l'emploi et la formation (ainsi qu'une mémorable émission d'une heure avec Gilbert Laffaille et la complicité de Jacques Bonnadier).

lundi 3 juillet 2017

Objectif Bac ST2S édition 2017

L'édition 2017 de mon livre Objectif Bac ST2S est disponible chez Hachette Education, dans toutes les bonnes librairies et sur internet !


Cette nouvelle parution reprend l'essentiel de l'ouvrage déjà publié en 2014, mais avec des données réactualisées et un mémo détachable sur les points importants du programme de première et terminale. On y retrouve chaque chapitre du programme, synthétisé sous forme de définitions, d'exemples, d'explications, suivis d'exercices et de sujets corrigés.

Un livre essentiel pour se préparer au Bac ST2S !









Prochaines parutions : 
- "Tout-en-un Bac ST2S 2018", août 2017 chez Hachette Education
- "Le dragon d'hélium", deuxième Enquête de Liliane et Ladrouille (polar jeunesse) : rentrée 2017
- "Les blondes sont idiotes et les chômeurs sont fainéants", ouvrage sur les préjugés et stéréotypes, co-écrit avec Vincent Mannone.

Toujours disponibles :
- "Meurtre à l'Imperator", première Enquête de Liliane et Ladrouille, Editions Landogne (2016)
- "Je prépare le BAFA", Dunod, 2012.


lundi 12 juin 2017

Rencontre autour de "Meurtre à l'Imperator" à l'école Notre-Dame de la Jeunesse

Ce lundi 12 juin 2017, j'ai été invité à l'Ecole Notre-Dame de la Jeunesse pour un échange autour de mon livre avec une classe de CM2 et leur enseignante, Stéphanie Bocognano.
L'école est située dans le quartier Saint-Menet (11ème arrondissement de Marseille), tout près du Château de la Buzine cher à Marcel Pagnol. Les premières cigales de l'été m'y ont accueilli sous un beau ciel de juin.


Les élèves, qui ont pris le temps de lire mon livre, ont préparé des questions comme de vrais journalistes.

Je ne prétends pas être un écrivain, bien loin de moi cette idée pompeuse. Éventuellement un scribouillard, un auteur de livres et de chansons. J'écris des histoires pour faire réfléchir, réagir, rêver, sourire, pour émouvoir. Que mes chansons soient écoutées et mes livres lus, c'est un cadeau inestimable qui vaut tous les César du monde.

Contrairement à ce qu'on dit, les publics d'enfants sont très exigeants et ne font pas de cadeau si l'on n'est pas sincère avec soi-même et avec eux. Ils sentent très bien tout cela...
Leur point de vue est donc essentiel pour moi, qui aime tant écrire pour eux.
Leurs questions ont toutes été pertinentes et m'ont vraiment intéressé, j'y ai répondu avec simplicité et authenticité, par exemple : 
- comment ai-je eu l'idée d'écrire des romans policiers pour enfants
- est-ce que je connaissais la fin de l'histoire quand j'ai commencé à l'écrire
- quels sont les livres que j'ai aimés
- pourquoi avoir choisi une jeune fille comme héroïne
- est-ce que je me suis inspiré de personnages réels
- y aura-t-il une suite...


Puis, les enfants m'ont proposé un petit jeu "j'aime / j'aime pas" avec des photos que je devais commenter.

Un moment très sympathique, très chaleureux, qui s'est terminé par une séance de dédicace du livre pour les 29 enfants et Mme Bocognano !






Celle-ci a confirmé mon envie de poursuivre ce type de rencontres autour de mes histoires, éventuellement en proposant un atelier d'écriture en une ou deux séances ou des jeux d'écriture adaptés aux âges et aux niveaux.
Ainsi, pour partager et transmettre cet amour des mots, cette passion d'écrire que j'ai depuis que je suis tout petit, il serait peut-être temps de formaliser cette envie de rencontrer mes lecteurs en herbe en créant simplement une association "Liliane et Ladrouille", dans le but de contribuer, humblement, à la diffusion de la culture, de la lecture et de l'écriture auprès des enfants et des jeunes, dans les bibliothèques, les écoles, les associations culturelles, les accueils collectifs de mineurs, les foyers, etc.
Une idée à creuser en tout cas... Cela vous intéresse ?
A suivre...
Un grand merci à Mme Bocognano et à ses élèves pour leur accueil.



Rencontre avec les élèves de l'école du Sacré-Coeur de Marseille.

Au fait, puis-je avoir l'outrecuidance de me considérer comme un écrivain, moi qui étais invité hier matin à parler de mes livres pour ...